Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ecrire des récits de fiction

En France tout le monde ou presque adorerait devenir écrivain. Pourquoi ne pas passer à l'action ?

Tu n'aurais pas une idée sur mes idées ?

"On peut tuer des hommes, pas des idées..." Wolinski

"On peut tuer des hommes, pas des idées..." Wolinski

Bonjour c'est Paul, j'étais assis tranquillement à la terrasse d'un café ( décidément on va finir par croire que je passe mon temps dans les cafés ) quand j'ai aperçu ce jeune type qui était en train d'écrire dans un carnet. Il devait avoir entre 25 et 30 ans. Peut-être plus près de 30. Mais peu importe. Ce qui a attiré mon attention c'est qu'il était en train d'écrire.

Il avait l'air d'avoir l'inspiration parce qu'il ne relevait pas beaucoup le nez. Ce qui a d'autant plus aiguisé mon intérêt. Je ne sais pas comment cela se passe pour  toi, mais si tu t’intéresses à l'écriture et à la marche à pied dans les grandes villes, notamment à Paris tu vas assez vite te rendre compte que plein de personnes écrivent.

Ou qu'elles font mine de le faire.

Je ne sais pas pourquoi il en est ainsi en France mais on dirait que chacun s'imagine être écrivain au fond de lui-même. Enfin j'exagère toujours un peu. Mettons qu' une personne sur deux se l'imagine, c'est déjà suffisamment exceptionnel pour que l'on s'interroge sur le phénomène.

Est ce en raison du  fait que la France a su conserver sa réputation de "pays des Lumières" et que nous collectionnons une quantité d'écrivains  qui sont désormais devenus incontournables dans le monde entier  ? Est ce notre tempérament latin qui veut que nous ayons envie de renouer avec la culture grecque et latine plus ou moins consciemment ?

 Après tout le berceau de l'écriture -du moins c'est ce qu'on nous enseigne à l'école- le berceau de la poétique, de la rhétorique, comme de la philosophie et de la politique nous viennent à nous, Français,  et européens,  de ce terreau antique dans lequel  Platon, et surtout Aristote pour ce qui nous intéresse, ont planté les premières graines, les premières fondations de ce qui nous servira par la suite durant des centaines d'années pour écrire.

Bon on y reviendra.

Il ne faut pas perdre de vue son idée quand on la tient.

Avoir une idée pour écrire c'est très bien et ça peut permettre d'écrire quelques pages évidemment mais ça demande un peu de travail supplémentaire pour écrire un roman.

 

Et puis d'abord quelle idée ?

Je crois en ce qui me concerne que nous sommes souvent victimes d'un leurre, c'est une erreur de jeunesse commune que de penser que nous puissions être véritablement "original" et que notre idée quelle-qu’elle soit lorsqu'elle nous "tombe" dessus est véritablement la notre.

Déjà parce que je crois fermement que nous accédons généralement le plus souvent, et de manière permanente  aux idées de notre temps, de notre époque , nous en sommes imbibés à des niveaux de conscience plus ou moins élevés.

Et aussi  lorsque nous prenons une feuille et que soudain nous avons une idée, c'est un leurre nécessaire de ne pas  trop remettre en question celle-ci , si on ne veut pas rester face à la page blanche.

Au contraire je recommanderais d'écrire tout ce qui vient à partir d'une idée qui arrive ainsi sans même se poser de question sur un style ou une structure, rien de tout cela.

Il faut profiter de ce moment de grâce où les mots arrivent et s’enchaînent et surtout où la page se noircit  !

Ne surtout pas se poser de question quand on écrit pour savoir si ce que l'on fait est bon ou mauvais.

D'ailleurs un premier jet est toujours plein de maladresses et il faut un ego en béton armé ou une naïveté folle pour croire que tout sera plié impeccablement s parce qu'on a écrit en deux heures 4 ou 5 pages. La vérité c'est qu'il y a de grandes chances pour que tout ce qu'on ait écrit soit comme on dit " de la merde".

Seulement si tu ne passes pas par là il n'y a pas d'or au bout, c'est comme ça.

Ce que m'a apprit l'écriture c'est l'art du mensonge. Bon je devais avoir quelques prédispositions à l'origine je l'admets. Mais là,  je veux parler du mensonge que l'on se raconte à soi même quand on se dit un peu trop rapidement qu'on est écrivain, et surtout si en plus on ajoute " de talent".

Cela parait absurde bien sur mais crois-en mon expérience, il y a plus de gens qui se mentent à eux mêmes qu'on ne pourrait le penser.

L'exemple de ce blog par exemple est une idée qui m'est venue de rassembler un certain nombre de conseils d'articles, d'astuces afin d'aider les gens à écrire plus efficacement ce qui leur fera gagner certainement un temps fou. 

Voilà donc l'idée de ce blog. Crois tu qu'elle soit originale ? Bien sur que non elle n'est pas. Si tu effectues une recherche sur Google, des sites où l'on te propose d'apprendre à écrire sont nombreux. Et la plupart sont également bourrés de très bon conseils.

Mais si tu les regardes attentivement combien y a t'il de très bons sites dans tout cela ? Pas tant que ça.La raison est que nous sommes atteints nous autres humain d'une bénédiction et d'une malédiction en même temps qui a pour nom l'imitation.

Cette imitation peut être consciente ou inconsciente.

Pour savoir si on imite consciemment une idée ou un ensemble d'idées, le premier travail à faire est d'aller examiner tous ces sites, de prendre une feuille et un crayon et de repérer toutes les idées de chacun en faisant des listes. Puis de recouper ensuite ces idées en examinant comme chacun en parle. Tu verras qu'il est assez rare qu'une notion d'originalité en ressorte.

Les idées sont toujours à peu près les mêmes, c'est la façon de les présenter qui diffère le plus souvent.

Ceux qui les présentent  bien, de façon à ce que le lecteur les comprennent le mieux possible et qu'il puisse en tirer partie surtout  seront les sites en haut du classement ce n'est pas plus compliqué que cela.

Donc si tu veux mon avis sur tes idées je ne le donnerai pas sur "les idées en elles" mêmes mais sur la façon dont tu vas t'y prendre  pour me les présenter.

Le philosophe Platon n'aimait guère les artistes, parce que non seulement ils imitaient la réalité mais en plus il pensait qu'ils la déformaient vraiment de façon exagérée.

Platon partait du postulat qu'il existe une dimension quelque part ( à l'intérieur ou à l'extérieur de nous peu importe) où se tient  un monde particulier, le monde des idées et que ce monde nous ne pouvons y avoir accès que par de pales imitations quelque soit la réalisation que nous entreprendrons  

L'idée est perfection, l'humain est imparfait de nature donc quelque soient nos efforts pour atteindre à la perfection ils seront toujours plus ou moins vains.

Pour lui le plus bel objet qu'un artisan puisse fabriquer par exemple un lit ou une table sera toujours à des années lumières de l'idée de lit et de table dans cet univers d'absolu.

C'est une idée qui est intéressante mais plutôt déprimante si on est obsédé par l'idée de perfection n'est ce pas ?

En ce qui me concerne j'aime assez la philosophie indienne qui évoque à peu près la même chose que Platon à quelques petites différences près pourtant.

les indiens appelle cela les "annales akashiques ou mémoire akashique "

En fait ce terme est assez moderne puisqu'il apparaît à la fin du 19 ème siècle chez les théosophes eux mêmes imprégnés d'anciens textes indiens notamment les védas.

Pour les anciens indiens les védas étaient des notes prises en sanskrit qui pourraient ressembler à une anti sèche pour nos potaches modernes.

Datant de plus de 5000 ans elles semblent évoquer un condensé de savoir prodigieux concernant à peu près toutes les activités humaines que ce soit sur le plan intellectuel comme émotionnel ou physique. Je n'irai pas plus loin sur les idées qui me viennent les concernant pour aujourd'hui mais sache juste que l'existence même d'un tel texte prouve pour moi que quelque chose ne fonctionne pas avec l'Histoire en général telle qu'on nous la présente dans les écoles. La je suis certain d'avoir à faire à un gros mensonge.

Ces annales akashiques ressemblent donc à ce qu'avait imaginé Platon. Une sorte de dimension particulière où serait emmagasinée à  la fois toute la mémoire de l'humanité, mais aussi des autres genres des autres espèces minérales végétales animales ... sans doute aussi tout ce que l'on peut imaginer de vivant dans l'infinité des univers ,  tout ce que chacun a vu, dit et fait . Tout cela formerait le contenu  de tout ce qui a été est et sera car la notion de temps y est inconnu. Pour résumer un immense réservoir de formes, d'idées, d'horreurs comme de beautés toujours en mouvement, au niveau cosmique.

Tout cela pour dire que l'idée serait d'une certaine façon immuable, et autonome et que notre boulot à nous êtres humains et de surcroît écrivain serions de tenter de remonter à cette source dans une certaine mesure afin de laisser entrevoir la perfection sans jamais l'atteindre complètement.

Si on prend l'idée que l'amour triomphe toujours de tout par exemple qui est la thématique principale des romances c'est une idée qui n'est pas originale du tout n'est ce pas ?

Et pourtant combien de livres ont ils été écrits juste à partir de cette idée ? Ils sont innombrables et ont passionné des générations et des générations de personnes tout au long des ages.

De nos jours non sans un certain cynisme on appelle ce genre d'histoire des romans à l'eau de rose et une élite intellectuelle a coutume de les reléguer dans la catégorie de la littérature de gare parce que ces histoires en fait ne parlent toujours que d'une seule et même chose: deux êtres séparés qui se rencontrent  se bagarrent un peu ou beaucoup mais à la fin finissent pas se compléter et avoir beaucoup d'enfants

C'est non seulement méprisant pour les nombreux lecteurs de ces romances mais c'est surtout la preuve que l'intelligence conceptuelle se développe sur une carence émotionnelle la plupart du temps. Une faille qui fabrique ce joli mensonge bien souvent qu'on appelle "l'élite".

Une femme blessée par des expériences douloureuses avec un certain type d'homme décide de ne plus jamais recommencer. Mais un jour elle rencontre X qui est exactement le type d'homme qu'elle ne supporte pas. X tombe amoureux d'elle ... à ton avis que va t'il se passer ?

Rien de plus banal comme histoire que celle ci et pourtant la façon de raconter cette histoire peut élever cette banalité à la hauteur d'un vrai chef d'oeuvre.

Comment passer du banal à l'extraordinaire ? Comment faire alors ? ce pourrait bien être le sujet d'un nouvel article à venir et pour ne pas le rater pourquoi ne pas t'abonner tout simplement.

N’hésites pas non plus à laisser un commentaire et si cet article te semble intéressant et si tu as envie de le partager ne t'en prives pas !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article